5 raisons de visiter Huaraz

À 400 km au nord de Lima, voici Huaraz (3 080 m), ville d’altitude dominée par l’immense montagne Huascarán et dotée d’un climat étonnamment doux ! Encerclée par la Cordillère noire et les glaciers de la Cordillère blanche, cette capitale du trek est méconnue des voyageurs. Détruite à 95% par un tremblement de terre le 31 mai 1970, la ville mérite pourtant mieux que son statut de ville de transit. Voici 5 bonnes raisons d'y aller.
L’ancienne cathédrale, pourtant construite en granite, n’a pas résisté au tremblement de terre.
L’ancienne cathédrale, pourtant construite en granite, n’a pas résisté au tremblement de terre.

1
Profiter de températures clémentes

Si vous êtes déjà allé à Cusco ou Puno, vous savez que la nuit les températures chutent comme une enclume dans une descente de bobsleigh. À Huaraz, non monsieur ! Pas de chaleur ni de froid excessifs. Abritée par la cordillère qui bloque les courants atmosphériques de la côte, Huaraz maintien des températures douces toute la journée. Les nuits peuvent être froides mais le contraste n’est pas aussi fort qu’à Cusco, à peine 300 m plus élevée. C’est d’autant plus surprenant lorsque l’on voit tous ces pics coiffés de neige éternelle depuis la ville ! Enfin, pour les adorateurs du soleil, sachez qu’entre mai en septembre Huaraz n’a pratiquement pas de pluie.

Comme toutes les villes de la Sierra, Huaraz est très festive.
Comme toutes les villes de la Sierra, Huaraz est très festive.

2
Flâner dans la ville et s'acclimater

L’immense avenue Luzuriaga est la plus commerçante de la ville, bien protégée des intempéries par ses longues arches. Mais il y a plus à voir que cette avenue, et découvrir le reste de la ville en marchant permet d’entraîner votre organisme à l’altitude.
En effet, la région comporte 24 sommets de plus de 6 000 m et pratiquement tous les visiteurs de passage feront une randonnée à plus de 4 500 m, donc une ou deux matinées de marches vous feront le plus grand bien !
Je vous conseille de prendre les rues qui montent vers l’est de la ville, c’est un effort léger qui permet de découvrir des maisons aux jolies façades et de nombreux petits parcs. Certaines rues donnent une impression de village isolé, où jeunes et vieux partagent le même banc.

blog-perou-huaraz-9
Ces petits cultivateurs de pommes de terre n’utilisent aucuns produits chimiques.
Ces petits cultivateurs de pommes de terre n’utilisent aucuns produits chimiques.

3
Photographier les glaciers

Le mirador de Rataquenua est un point de vue naturel, symbolisé par une grande croix, situé à 7 km au sud-est de Huaraz. Vu la position du mirador, le meilleur moment pour s’y rendre est tôt le matin. Après 11 h il y a un fort contre-jour et vos photos seront surexposées. Vous pouvez aussi y aller au moment du coucher du soleil, mais pas à pied (cf. encadré). Sinon, le meilleur moyen d’avoir de belles photos des glaciers, c’est de trouver un hôtel qui a un toit accessible. Les vues y sont spectaculaires !

Se rendre au mirador de Rataquenua
en taxi : c'est la solution idéale si vous voyagez à 3 ou 4, d'autant que la piste est poussiéreuses et les chiens pas toujours très sympa. N'hésitez pas à négocier pour qu'il vous dépose plus haut que la croix. La vue sur la Cordillère blanche est encore plus belle.
en combi : c'est le moyen le plus économique. Le n°20 vous laisse en haut de la ville pour moins d’un d’euro, il suffit ensuite de marcher sur la piste en lacets pendant environ 30 minutes.
à pied : monter toute la piste est faisable, en prenant bien en compte le paramètre canin.
attention : au Pérou, lorsque vous allez dans des quartiers isolés, les chiens se montrent plus défensifs. Ils connaissent tous les passants de leur territoire et vous repèrent à 100 m. Rien de méchant, mais leur jeu d’intimidation peut être stressant.

Vue du mirador avec l’ombre de sa croix
Vue du mirador avec l’ombre de sa croix
Le Huascarán, le toit du Pérou, qui culmine à 6 768 m.
Le Huascarán, le toit du Pérou, qui culmine à 6 768 m.

4
Découvrir la culture Chavín

Face à la grande cathédrale (inachevée), se trouve le Museo Arqueológico. Ce musée possède entre autre, des sculptures et une maquette du site Chavín de Huantar, de belles pièces de la culture Recuay (postérieure à Chavín), et à l’étage de magnifiques céramiques et des momies (photos interdites). Prenez le temps de savourer le petit jardin du musée parsemé de monolithes, c’est un monde à part !

Musée archéologique d'Ancash
762 Av. Luzuriaga, Huaraz, Tél. : (043) 421551
Tarif : 5 PEN (env. 1,35 euro en oct. 2015)
Ouvert du mardi au dimanche de 9h à 17h

Céramique de la culture Recuay
Céramique de la culture Recuay

5
Prendre un verre dans la rue Bolívar

Lorsque le soleil se couche le vent se lève, mais Huaraz ne s’endort pas ! Parcourez quelques rues pour prendre le pouls de la ville et vous verrez qu’il y a beaucoup de bars et restaurants où les Péruviens viennent se détendre. Notamment dans la rue Simón Bolívar.

© photos : Éric Guimbault

  • Martina

    Génial, ton article et les photos. Merci. J’espère bien pouvoir aller à Huaraz l’année prochaine.