Arequipa, au-dessous du volcan

Si je devais faire une sélection des plus belles villes d'Amérique du sud, Arequipa serait dans le top 5 ! Culturelle, animée, on y goûte avec plaisir sa gastronomie avant d'aller explorer les canyons, d'user ses semelles sur les volcans ou de buller dans les sources d'eaux chaudes. Deuxième agglomération la plus importante du Pérou, la cité blanche est nichée dans une vallée fertile, entre désert et montagnes, dominée par des volcans aux noms de chats, el Misti et el Chachani. Vamos gatitos !

La ville… et tout le tremblement

Arequipa, comme beaucoup de villes proches du littoral, a dû s'adapter aux caprices des tremblements de terre et des nombreux volcans de la région. Oui ça fait beaucoup. Pourtant, avant l'arrivée des Espagnols, plusieurs communautés indiennes vivaient ici, cultivant la terre et habitant de simples maisons d'adobe en écoutant gronder les volcans. Parfois en stéréo.

 

En 1868, un tremblement de terre détruit une bonne partie d'Arequipa.
En 1868, un tremblement de terre détruit une bonne partie d'Arequipa.

1582 marque un tournant dans l'histoire d'Arequipa avec un tremblement de terre dévastateur. Les dégâts matériels et humains sont tels que les habitants réfléchissent à une nouvelle forme d'architecture antisismique. Ils utiliseront le sillar, une roche volcanique déjà connue pour sa grande résistance et aux propriétés thermiques. De plus, sa couleur blanche donne aux constructions une allure élégante.

 

blog-perou-arequipa (2)

Depuis fort longtemps donc, la vie sismique et volcanique fait partie intégrante d'Arequipa et il est fréquent d'observer des lézardes sur les façades des immeubles. Mais les Arequipeños sont un peu comme les habitants vivant à proximité du Vésuve, ils connaissent le danger mais vivent avec, sereinement.

 

blog-perou-arequipa (6)

Balades dans Arequipa

Le sud du pays regroupe trois points attractifs, qui forment le triangle d'or : Cuzco, Puno et Arequipa. Je vois souvent des touristes enchaîner ces trois villes superbes à une vitesse frisant le ridicule. Certains prétendent qu'une journée suffit pour visiter Arequipa. Bien sûr, on peut le faire en deux heures aussi. Prenez le temps amigos !
La vie nocturne y est vivante, les musées sont nombreux et l'architecture coloniale si riche que le simple fait de déambuler dans les rues permet d'admirer les vieilles demeures patriciennes avec leurs cours intérieures, calmes et ombragées.

 

blog-perou-arequipa (3)

 

Le Monasterio de Santa Catalina

L'édifice qui depuis des siècles attise la curiosité, c'est le Monasterio de Santa Catalina. Ce couvent du XVIe siècle ne laissait à l'origine, entrer que les femmes fortunées. Ces jeunes aristocrates vivaient ici coupées de la ville, mais dans un luxe nettement enviable ! Comble de la sélection, les novices devaient être de sang espagnol et apporter une dot importante en or.

 

blog-perou-arequipa (9)
Le couvent Santa Catalina est le plus grand de la planète, et il serait dommage de ne se donner qu'une heure ou deux pour visiter cet ensemble. Il faut prendre le temps de se perdre, d'observer et d'imaginer ce que devait être la vie dans cet immense lieu clos, surnommé « la ville dans la ville ».
Et pour ceux qui restent insensibles à cet art, une bonne randonnée de plusieurs jours dans un canyon ou sur un volcan est envisageable. Hop hop hop !

 

blog-perou-arequipa (10)

Visiter le couvent Santa Catalina pendant son séjour à Arequipa

© photo principale Eric Guimbault  © photo musée d'Arequipa  © autres photos Eric Guimbault