Cuzco, le nombril du monde

Comment Cuzco passa de simple village de montagne à capitale d’un empire de la taille d’un continent ! « La cité d’or » connut le faste, le sacré puis, tombée entre les mains de l’empire espagnol elle fut pillée, détruite, reconstruite, pour être finalement délaissée comme un jouet devenu inintéressant… Malgré son histoire tragique, Cuzco reste envoûtante. Sous ce manteau architectural hispanique on voit encore les franges de la culture inca, présente dans chaque mur ancien, dans chaque fondation ancienne. Cette capitale archéologique de l’Amérique du Sud, laisse constamment planer au-dessus d’elle un passé nimbé de mystères.

Sous les pavés, l'Empire

 

blog-perou-cuzco (1)

 

Lorsqu’on arrive à Cuzco, le centre historique impressionne. La cathédrale, comme juchée sur un socle à gradins, domine la Plaza de Armas, et notre regard ne s’arrête plus ! Tout autour de cette place, de beaux immeubles offrant un enchaînement de balcons où le bois ou la pierre alternent, reposent sur des arches où l’ombre s’y fait agréable. En quittant cette place on trouve d’autres églises, des rues animées et des bâtiments aux grandes portes, pareilles à des arcs de triomphe qui s’ouvrent sur des cours intérieures en perspective, rappelant la vieille Castille. Mais un autre sentiment nous envahit… On sent que Cuzco est plus que cela, quelque chose de plus fort se terre dans la pierre, dans le sol. Cuzco n’est pas comme les autres villes coloniales espagnoles. On sent que les murs veulent nous raconter une histoire.

 

blog-perou-cuzco (2)

Aux origines de l'Empire inca

Les Incas n’ont pas laissé de traces écrites. La transmission orale a porté jusqu’à nos jours la légende du fils et de la fille du dieu Soleil, Manco Capac et Mama Ocllo, envoyés en mission pour trouver l’endroit où fonder la capitale d’un empire prospère. Ainsi, vers 1300 naquit Qosqo, le « nombril du monde » en quechua. Vers 1440, l’Inca Pachacútec va étendre les frontières d’un empire qui va connaître une croissance et un rayonnement d’une portée aussi stupéfiante qu’éphémère !
La civilisation inca a su capter comme personne les forces et les faiblesses des autres civilisations indiennes, ce qui fit d’elle la tenante d’un savoir d’une grande valeur.
Toutes les connaissances en agriculture, architecture, ingénierie, textiles, médecine… que possédaient les civilisations pré-incaïques, tout ce savoir fut absorbé et réutilisé par les Incas. À son apogée, le Tahuantinsuyu (« les quatre directions » en quechua) s’étendait du sud de la Colombie actuelle, descendait sur l’Équateur, couvrait une partie du Pérou, de la Bolivie, et allait jusqu’au nord du Chili, englobant l’Ouest argentin !

 

blog-perou-cuzco (4)

Toute l’intelligence de la civilisation inca résidait dans l’organisation de ce vaste territoire incluant des milliers d’humains. Des sentiers avaient été tracés à travers le continent, reliant tous les villages et les villes, passant par les montagnes, les forêts, enjambant des précipices à l’aide de ponts suspendus et rejoignant les déserts. En créant des étapes rapprochées où il était possible de changer de lamas, de se ravitailler, les messagers de l’Inca pouvaient ainsi couvrir rapidement des distances immenses.

La cité aux murs d’argent et aux toits d’or

 

blog-perou-cuzco (5)

 

Cuzco a impressionné tous les témoins de l’époque, fussent-ils aussi cupides et incultes. Si ces témoignages manquent de rigueur, certains éléments concordent toutefois. Les murs ne mentent pas ! De nombreuses fondations encore debout de nos jours montrent par exemple, que le temple du Soleil, nommé en quechua Coricancha (« enceinte de l’or ») avait une circonférence de 365 mètres. En son sein resplendissaient un disque d’or, ainsi que de nombreuses statuettes du même métal représentant des animaux.

 

blog-perou-cuzco (6)
blog-perou-cuzco (7)

 

Les bases des grands bâtiments laissent deviner une cité conçue de manière élégante et fonctionnelle. Sans se laisser dévorer par la légende, l’or, l’argent et les pierreries étaient réellement présents dans l’architecture de Cuzco, et les légendes naissent toujours d’une vérité. Elle est ensuite déformée. Les musées de Lima montrent également ce que fut l’artisanat de la civilisation inca. Outre le travail de l’or, on y découvre des capes magnifiques, des vêtements finement tissés, certains avec des plumes multicolores d’oiseaux tropicaux.

Témoins du passé

Si le Cuzco moderne recouvre l’architecture de la civilisation inca, certains sites tout proches sont d’excellents témoins du passé.
La forteresse de Sacsayhuamán, à 2 km de Cuzco. Cette construction de style typiquement inca, impressionne par la taille de ses pierres, dont certaines font plus de 5 mètres de haut ! Sur ce site a lieu tous les ans, en juin, la fête de l'Inti Raymi, la fête du Soleil.
Qenko, à 6 km de Cuzco. En quechua, Qenko signifie « labyrinthe ». Le site est caractérisé par ses canaux en zigzag et sa pierre placée au centre à la façon d'un autel.
Tambomachay, à 8 km de Cuzco. Perché à 3 700 m, cet endroit était dédié au culte de l’eau, d’où les nombreux canaux. A 500 m de là, le site de
Puca Pucará, à 10 km de Cuzco. Autrefois construction militaire, sa vue sur la vallée en faisait un poste d’observation idéal. Malheureusement, ses concepteurs n’avaient pas pensé à l’invasion des conquistadores…

© photo principale Éric Guimbault © photos article de haut en bas : Éric Guimbault