La saga Inca Kola

En 1935, apparaît sur le marché péruvien une nouvelle boisson, un ovni au goût unique qui deviendra le plus fort concurrent des rois du soda ! Inca Kola est la boisson péruvienne par excellence et le Pérou, le seul pays au monde à avoir tenu tête au géant des colas ! Voici l´histoire du condor contre l’aigle américain, un combat où les deux y laisseront quelques plumes…

D'où vient l'Inca Kola

En 1910, la modeste fábrica de la Corporación Lindley, s’installe à Lima et lance une activité d’embouteillage. Les affaires s’avèrent florissantes et l’entreprise en profite pour s’essayer à la création de boissons. Après l’expérimentation de quelques breuvages aux couleurs surprenantes, l’inspiration de génie arrive en 1934. Les laboratoires Lindsey s’inspirent d’une ancienne boisson inca composée d’une plante appelée aloysia citrodora (également connue sous le nom de verveine odorante), et créent un soda jaune fluo au goût de bonbon. Inca Kola était né ! Fins stratèges, les Lindley ne lanceront la commercialisation que l’année suivante afin de profiter de l’événement des 400 ans de Lima.
Au Pérou, le mot “inca” a un pouvoir marketing indéniable et dans les rues on ne compte plus les enseignes qui l’utilisent ! Des pharmacies en passant par les compagnies de bus, tous mettent ce mot en avant, empreint de légendes et d’Histoire. « Inca » a une phonétique agréable, il est court, donne une image valeureuse, rebelle, bref un mot taillé dans le roc, idéal pour vendre un produit. Dès le départ, Inca Kola va donc miser sur une image ancestrale, la référence à l’Empire inca, la couleur or et des slogans qui parlent à la population locale comme : « il n’y a qu’un Inca Kola et il ne ressemble à aucun autre ».

blog-perou-inca-kola-4

L’aigle et le condor : la guerre des sodas

Dans les années 40, Inca Kola se heurte à un concurrent de taille au logo rouge et blanc, qui fait appel aux stars hollywoodiennes pour vanter sa marque. Puis, avec l’arrivée de Pepsi, c’est un aigle à deux têtes qui chasse sur les terres péruviennes et une guerre commerciale commence ! Si Pepsi a toujours représenté un concurrent aux couleurs et goût similaires à Coca-Cola, le soda jaune fluo au goût de chewing-gum déstabilise l’analyse des géants américains. Les slogans s’affrontent et le nationalisme péruvien fonctionne à merveille au son de : «Inca Kola, il n’y en a qu’un et le Pérou sait pourquoi !». À partir des années 50, les ventes d’Inca Kola planeront comme un condor au-dessus de tous ses concurrents.

Face au succès arrogant d’Inca Kola, Pepsi lance dans les années 80 une campagne « agressive » qui aura l’effet contraire souhaité, avec pour conséquences des ventes en chute libre. Le cola ne retrouvera jamais les faveurs du Pérou. L’aigle américain se retrouve avec une seule tête face au condor du soda.
Ne sachant plus comment riposter, il modifie sa formule pour qu’elle soit plus adaptée au goût péruvien, cas unique à l’époque ! Coca-Cola essuie un ultime camouflet, lorsque le roi du hamburger décide dans les années 90 d’ajouter Inca Kola à son menu, brisant ainsi une exclusivité jusque-là inchangée ! Ne pouvant vaincre son rival, il ne reste plus qu’une solution…

De l’argent contre de l’or

En 1997, de guerre lasse, Coca-Cola sort la calculette et commence les négociations en vue de racheter son rival Inca. Mais pour cette boisson à l’image nationaliste, hors de question de tout céder au géant américain ! En 1999, l’accord est signé, donnant 49% d’Inca Kola à Coca-Cola Company. Les concurrents péruviens se ruent sur l’occasion pour mettre en valeur leurs produits, arguant que la boisson dorée n’est plus péruvienne.
Ce rachat était inévitable. Teresa Serra, éminente professeure de marketing, explique que Coca devait absolument limiter l’expansion de son rival péruvien, le contraire aurait été, selon ses termes, « de la cannibalisation de sa propre marque ». Quant à Inca Kola, lutter financièrement contre un tel concurrent lui faisait perdre beaucoup d’argent. Chacun a donc dû, si je puis dire, mettre de l’eau dans son vin.

Le cola américain est livré dans les même caisse que son homologue péruvien.
Le cola américain est livré dans les même caisse que son homologue péruvien.

Aujourd’hui, envers et contre tous, l’Inca caracole encore en tête des ventes, et la société Lindley est devenu l’unique embouteilleur de la société Coca-Cola au Pérou.

© Photo principale : Éric Guimbault © Photos n° 3, 4 : IncaKola © Autres photos : Éric Guimbault

  • Martina

    Article très intéressant. En effet, on parle beaucoup de l’Inca Kola, LE boisson des Péruviens. Moi, personnellement je n’aime plas l’Inca Kola, mais mes enfants l’adorent. En tout cas, merci pour ces détails sur l’histoire de guerre entre Inca Kola et Coca Cola.