Le cañon de Cotahuasi – 1

Le plus profond cañon du monde est injustement oublié des voyageurs, Péruviens inclus ! Cette faille de titans est contournée par les grandes routes et le monde entier passe à côté d’un endroit exceptionnel ! Cultures en terrasses, ruines pré-incas, chutes d’eau, déserts de cactus, oasis, forêts de pierres, sources thermales… tout est là ! Le cañon de Cotahuasi est une merveille de la géologie que seuls les condors dominent, où de nombreux villages vous plongent dans un rythme hors du temps.

Les hauts et les bas de Cotahuasi

Hormis le relief incroyable qui existe sous les mers, de tous les cañons de la planète, celui de Cotahuasi possède l’endroit le plus profond : 3 535 m. Ce qui ne signifie pas qu’il garde cette profondeur sur toute sa longueur, seulement à quelques endroits, notamment dans sa partie sud. Pour être précis, il représente 235 m de profondeur de plus que son voisin le cañon de Colca, et 2 000 m de plus que le cañon Colorado aux États-Unis.

Les diversités géologiques et climatiques du cañon de Cotahuasi, en font un lieu idéal pour toutes sortes d’aventures ! La randonnée, le kayak, le VTT, le cheval, ou tout simplement flâner de villages en villages par les bus qui sillonnent (lentement) cette faille géologique. C’est d’ailleurs sur cet aspect humain que le lieu surprend le plus. Hormis les ruines des civilisations wari ou inca, on part à la rencontre de nombreux villages et communautés, dont les maisons en pierre ornées de vieux balcons constituent un réel dépaysement !

Du glacier aux glaciers

Sur la route qui relie Arequipa à la ville de Cotahuasi, on passe par le joli village de Chuquibamba. Ici, vous aurez le plaisir de goûter à une glace unique au monde ! Chaque semaine, des paysans venant des communautés proches du glacier Coropuna, descendent jusqu’au village avec de la glace du glacier, qu’ils vendent aux glaciers (tout le monde suit ?). Cela donne une glace artisanale unique dans sa composition.

blog-perou-cotahuasi-03
© Éric Guimbault

Si loin, si proche

Cotahuasi, la ville, est une capitale de province qui constitue le point incontournable pour visiter le cañon. Cette petite ville se situe à une altitude de 2 683 m, et est reliée directement par la ligne de bus Arequipa-Cotahuasi.

En général, les voyageurs partent d’Arequipa, située à 380 km du cañon. La deuxième plus grande ville du pays assure donc une liaison de nuit, itinéraire de 10 heures, dont les deux dernières sur une piste non goudronnée. Si vous partez de Cusco, pourtant plus proche du cañon qu’Arequipa, vous serez obligé de faire un détour illogique : Cusco-Juliaca-Arequipa-Cotahuasi. Un peu comme si de Paris pour aller à Nantes, vous passiez par Strasbourg…

À l’intérieur même du cañon, on se retrouve encore face aux horaires décousus des bus. Les pistes ne manquent pas, mais relier un village à un autre prends du temps.

D'où vient le nom Cotahuasi ?

En général, le mot cotahuasi est traduit comme « réunion de maisons ». Du quechua ccoto (union, réunion), et huasi (maison). Mais le nom pourrait aussi venir de l’aymara cota (lagune). Sachez que la première langue des incas était le puquina, puis l’aymara. Le quechua a fait son apparition progressivement dans la civilisation inca, et de manière plus forte après 1450, suite aux conquêtes par Pachacutec de certaines parties de la côte qui parlaient cette langue. Donc les noms de lieux d’origine pré-colombienne n’ont pas forcément une origine quechua. Certains mots sont un mélange aymara/quechua, puquina/aymara… au gré des mouvements des civilisations.

Voilà, tout est dit. Maintenant vous savez pourquoi un lieu aussi riche que le cañon de Cotahuasi est si peu fréquenté. Le cañon de Colca, qui lui se situe à seulement 165 km d’Arequipa, récolte les lauriers du tourisme. Idéalement, pour bien couvrir cette aventure, il faudrait voyager de jour entre Arequipa et Cotahuasi, ce qui permet de voir la belle Vallée de Majes, d’approcher les glaciers sacrés qui connurent des sacrifices humains, dont le Coropuna qui vous toise du haut de ses 6 425 m.

blog-perou-cotahuasi-09
Place de l’église de Cotahuasi © Éric Guimbault
© photo principale : Éric Guimbault