Le football, passion péruvienne

Au Pérou, on pense football, on respire football, on mange, on dort football… Vous l’aurez compris, au Pérou, on vit football !  Et pourtant, depuis sa création officielle en 1927, la Fédération péruvienne de football n’a participé qu’à quatre Coupes du Monde et n’a remporté que deux Copa America. Comment, dans ce contexte, le football est-il devenu une passion péruvienne ?

La magie du ballon rond

La passion des Péruviens pour le football n'a pas été forgée par des victoires, mais par un rêve éternel, celui de remporter un jour un titre international ou de gagner.

Un seul but et tout est pardonné, oublié, enterré ! Un simple but, et c’est l’espoir d’une nation toute entière qui renaît. Pour tant de Péruviens, ces buts sont synonymes de réconciliation avec la société et avec les difficultés et tracas de la vie quotidienne.

Le football est plus qu’un produit culturel, il agit comme une échappatoire, loin de la dure réalité de la vie. Loin des misères du quotidien et des préoccupations, le football transporte les Péruviens vers une autre réalité, celle du jeu. Chaque Péruvien peut alors libérer l'enfant qui dort en lui. C’est la magie du jeu !

traduction : La FIFA ne veut pas que ses joueurs jouent à plus de 2000 m d’altitude. Peut-être n’a-t-elle jamais vu ces femmes andines jouer à plus de 3000 m…

Football et optimisme péruvien

Le football est un modèle. Comme il est intéressant et attrayant de regarder les mouvements et les subtilités de certains virtuoses et avec quelle facilité ils parviennent à vaincre l’adversité. De même, la vie est faite d’obstacles qu’il faut surmonter. C’est David contre Goliath et le petit peut vaincre le grand, le géant même.

Au Pérou, et même si l’envie est là, le plus important n’est pas de gagner, mais de jouer et de se battre, jusqu’au bout, sans rien lâcher. La défaite n’existe pas et l’optimisme des Péruviens se reflète à chaque match. Ils ne baissent pas les bras, croient en leurs joueurs et les supportent, coûte que coûte. L'illusion de gagner est toujours présente et renouvelée à chaque nouveau match. Tout peut arriver ! Todo es posible !

blog-pérou-football-2
La côte d'amour de l'équipe nationale de footbal du Pérou est toujours au plus haut. © Presidencia Perú

Football et société péruvienne

Le football, c’est aussi l’union d’un peuple, d’une nation. L’une des premières questions que l’on pose quand on rencontre quelqu’un concerne le football. Que ce soit en Amazonie, sur la côte ou au fin fond d’un village reculé des Andes, le football devient facilement un sujet de conversation et de partage. C’est un véritable facteur de socialisation.

Les familles et les amis se réunissent lorsque joue la sélection péruvienne, souvent autour d’une parrillada (litt : barbecue). C’est l’occasion de manger et de boire quelques bières ou sodas et de célébrer le jeu. Petits et grands, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes, le football éprend tout le monde.

Un joueur s’approche du but adversaire et tire… Le temps s'arrête et quelque 30 millions de Péruviens retiennent leur souffle. Hormis les télés et radios, il n’y a plus un seul bruit. Puis, c’est le but. « GoooooooooooooooooooL », crie le commentateur sportif. On saute de joie, on s’embrasse, on se sert dans les bras, on rit, on pleure même. Quelle ambiance !

photo principale : Tous unis © Mónica/flickr.com