Le lac Titicaca

Puno, ville construite à 3 830 m d’altitude, offre des vues spectaculaires sur le légendaire Titicaca ! Ce lac aérien, où se dessine à l’horizon des glaciers suspendus comme par magie au-dessus d’un bleu profond, est parsemé d’une cinquantaine d’îles. Difficile d’imaginer que ce lac apaisant puisse aussi devenir agité, avec des vents violents et des vagues. Un des rares endroits au monde on l’on peut ressentir à la fois le mal de mer et le mal des montagnes. Un lieu unique et envoûtant !

Titicaca. Un mot, beaucoup de mystères

Que ce soit son origine géologique, historique ou étymologique, le Titicaca est fait de diverses théories, certaines enrobées de mystères. Son histoire commence il y a quelque 3 millions d’années. Le lac est le résultat d’une très ancienne lagune, isolée par le soulèvement de l’altiplano. Aujourd’hui, perché à 3 812 m au-dessus du niveau de la mer, il est virtuellement partagé en deux par la frontière qui sépare le Pérou de la Bolivie.
En langue aymara, Titi Khar’ka signifie « roc du puma ». Selon une autre hypothèse, il viendrait d’un autre mot aymara : Titijaya, qui signifie « puma de pierre ». Le Titicaca a été un centre d’activité il y a plus de 2 000 ans et le berceau des premières civilisations andines comme celle de Tiahuanaco. Selon la tradition orale inca, le dieu Viracocha créa le Soleil depuis l’île Titicaca (qui donnera son nom au lac), et la lune sur l’île Coati. Ces îles sont appelées aujourd’hui îles du Soleil et de la Lune et l’humanité serait née ici, conférant au lac un caractère sacré. Au-delà de la légende, le Titicaca fait partie des plus anciens lacs du monde, où fossiles et sédiments racontent des fragments de l’histoire.

blog-perou-lac-titicaca-1

Légendes des profondeurs

De nombreuses histoires circulent sur les profondeurs du lac. En 1533, à Cajamarca, dans le nord du Pérou, l’Inca Atahualpa est lâchement exécuté par les conquistadores. Les derniers trésors demandés en échange de sa libération n’arriveront jamais ! L’histoire, fortement teintée de légende, dit que les Incas apprenant l’assassinat d’Atahualpa, précipitèrent des quantités d’or dans le lac.
Depuis 50 ans, chaque mission archéologique remonte des trésors. Pas exactement ceux dont rêvaient les conquistadores mais ô combien précieux ! Des céramiques, des objets en or et en alliages, des figurines humaines, mais aussi de lamas, d’alpagas, des coquillages venant d’Équateur, du jade et du lapis-lazuli. Les civilisations anciennes tenaient pour sacré le Titicaca et ces découvertes subaquatiques seraient des témoignages d’offrandes au lac. Les fouilles ont également permis la découverte de nombreuses infrastructures sous l'eau, comme des habitations, des ports et des temples, de quoi raviver le mythe de l’Atlantide… Mais pour les archéologues ces constructions immergées s’expliquent par le fait que le niveau du lac était autrefois beaucoup plus bas.

blog-perou-lac-titicaca-2

Les îles du lac

Sur la cinquantaine d’îles peu d’entre-elles sont habitées (et habitables !) À cette altitude, le froid, le vent et la puissance des rayons solaires en font un endroit rude, où seuls les natifs résistent, impassibles. Mais ce lieu magique sait aussi se montrer accueillant, lorsque la surface du lac se transforme en un miroir bleuté, survolé de nuages d’un blanc quasi irréel. Voici une petite présentation des îles au départ de Puno.

L’île de Taquile

La traversée dure environ 3 h. Sur cette île de 5 km de long, la tradition a su traverser les âges. Sur Taquile, pas de voitures, on marche ! Et le point culminant étant à 4 000 m, il faut avoir un organisme andin pour monter sans haleter comme un bison asthmatique. Ici, les hommes tricotent au soleil, les femmes tissent et les moutons paissent tranquillement, inclinés sur les collines. Il est possible de dormir chez l’habitant, formule qui permet de découvrir un peu mieux cette vie locale si dépaysante.

Ce lac ressemble à s’y méprendre à la Méditerranée.
Ce lac ressemble à s’y méprendre à la Méditerranée.

Les îles Uros

Les îles flottantes d’Uros sont uniques au monde ! Construites sur pilotis, ces 40 îles forment un archipel situé à 8 km de Puno. Elles sont fabriquées en totora, un roseau qui pousse en abondance depuis des millénaires et qu’il faut sans cesse remplacer au fur et à mesure de sa décomposition. L’origine de ces îles insolites vient des Uros, un peuple aujourd’hui disparu. Le contraste entre le bleu du lac et le jaune doré de ces îles est absolument magnifique. Sans surprise, ce lieu enchanteur est le plus visité de toutes les îles du lac !

L’île d’Amantani

Cette île, plus grande que les précédentes, est aussi la plus éloignée de Puno (5 h de bateau), donc nettement moins touristique. Là encore, pas de voitures, pas d’hôtels, même pas Internet ! C’est peu dire. Seuls le téléphone et les bateaux relient les insulaires à la côte.
L’atmosphère d’Amantani est paisible et son sommet, à 4 100 m, en fait une des îles les plus hautes du globe ! Sur ces hauteurs siègent sagement d’anciens sites : Pacha Tata (la Terre Père) et Pacha Mama (la Terre Mère) d’où sont effectuées des cérémonies et des offrandes, comme à l’ancien temps. Étant donné le temps nécessaire pour la traversée, les visiteurs restent généralement dormir chez l’habitant.

Un des ports de l'île d'Amantani, sur le lac Titicaca
Un des ports de l'île d'Amantani, sur le lac Titicaca

blog-perou-lac-titicaca-5

J’ai testé pour vous

Voici une option pour ceux qui veulent échapper au flot de touristes. Pour se rendre sur l’île d’Amantani, il faut prendre une mototaxi (3 soles, soit 0,85 euro en juin 2015) pour aller aux départs des minibus en direction de Capachica.
Capachica (j’adore ce nom) est un village qui se trouve sur la péninsule du même nom, à 1 heure de route de Puno (4 soles, soit 1,15 euro en juin 2015). La route coupe d’immenses pampas plates mouchetées de vaches, qui paraissent minuscules. Ces étendues ne laissent pas imaginer que nous sommes à près de 4 000 m !
Arrivé à Capachica, il suffit de descendre un chemin de terre vers la rive du lac d’où partent de petits bateaux. Il faut attendre qu’il y ait assez de passagers pour lever les amarres, mais la traversée avec les Péruviens est sympa, ne dure qu’une heure et coûte entre 5 et 10 soles (soit entre 1,45 et 2,90 euros en juin 2015).

Sur les hauteurs de Capachica
Sur les hauteurs de Capachica
Source : article « Le lac Titicaca » du magazine La Recherche n°263
© Photo principale : Eric Guimbault © autres photos : Eric Guimbault