Le site de Pachacamac

À seulement 30 km au sud de Lima subsiste l’un des sanctuaires les plus importants de la côte péruvienne : Pachacamac. De ce nom aux sonorités fortes, se dégage le mythe d’un dieu et oracle puissant des anciennes civilisations du Pérou. Découvrir le site de Pachacamac, c’est ouvrir une porte sur un univers fascinant fait de peurs et de croyances, mais aussi de grandes constructions issues de 1500 ans d’histoire humaine !

Pachacamac le lieu

La ville sanctuaire de Pachacamac a toujours été connue, résistant tant bien que mal aux séismes, aux conquêtes, ou tout simplement au temps. Les premières fouilles furent réalisées en 1896 par l’archéologue Max Uhle, qui mis à jour des temples, des cimetières et traça le premier plan du site. Aujourd’hui, en sortant des banlieues sud de Lima on rejoint rapidement la zone archéologique, située à environ 30 km de la capitale, dans la vallée de Lurín, du nom de la rivière qui traverse l’ancienne cité. Le site de Pachacamac a connu différentes civilisations, donc différentes architectures et différentes fonctions.

Pachacamac dans le XXIe siècle

Pour le site de Pachacamac, l’évènement de l’année 2016 est l’ouverture du nouveau musée, dont l’inauguration a eu lieu le 15 février. Un grand espace moderne et vaste présente au public plus de 6 000 objets. Hormis l’idole de Pachácamac (à regarder dans les yeux, ou pas), la collection met en valeur des céramiques, des objets en bois, en argent, des textiles, des coquillages, bref un éventail aussi riche que les civilisations qui se sont succédé ici.
Le site archéologique couvre 465 hectares et compte plus de 50 constructions ! Si la plupart sont restaurées, d’autres sont encore enfouies sous le sable, et de ce fait, le site est encore l’objet de découvertes. Il y a quelques mois, les chercheurs ont mis à jour 80 squelettes de l’époque pré-inca. Ces squelettes sont des témoins riches en informations, qui permettent de reconstituer l’histoire. Par exemple, parmi ces restes humains, nombreux présentent des traumatismes physiques ou des signes de maladies graves, qui indiquent qu’il s’agissait de personnes venues en pèlerinage à Pachacamac afin de solliciter leur guérison auprès de la divinité. Ce tombeau renfermait également des momies, des objets en or, en cuivre et des céramiques, un trésor qui par chance, a échappé aux pilleurs durant des siècles.
Blog-perou-Pachacamac-2

Le cas Villa El Salvador

Autour de Pachacamac le monde moderne a rejoint le monde antique. Depuis le site archéologique, on peut voir les agglomérations s’avancer telle une vague géante, comme par exemple Villa El Salvador. Cette ville a été fondée il y 45 ans par quelques centaines de paysans expulsés des bidonvilles de Lima. Ces personnes ont dû absolument tout construire dans une zone désertique donnée par l’État. Cette ville, autogérée depuis l’origine, s’est tellement développée qu’elle compte aujourd’hui 300 000 habitants qui peu à peu, rejoignent l’endroit d’où ils ont été expulsés.

 

Blog-perou-pachacamac-8
Vue sur Pachacamac et Villa El Salvador

En savoir plus sur Pachacamac
Y aller : Antigua Carretera Panamericana Sur km 31.5, district de Lurin, Lima
Horaires : du mardi au samedi : 9 h-17 h ; le dimanche : 9 h-16 h

Source : Ministère de la Culture du Pérou © Photos : Site officiel de Pachacamac