Les salines de Maras

La nature réserve parfois des surprises. À une quarantaine de kilomètres de Cusco, sur un plateau surplombant la Vallée Sacrée, se nichent des milliers de bassins de sel en terrasses, d’un blanc aveuglant, qui contrastent avec les montagnes environnantes. Exploité avant les Incas, le site est aujourd’hui composé de milliers de puits ! Un lieu insolite qui ne manque pas de sel.

Salines de quoi ?

Maras est un village proche de l’exploitation de sel, d’où le nom de Salines de Maras. Si ce village a été créé par les colons espagnols en 1556, la présence indigène dans la vallée de l’Urubamba est nettement antérieure, ainsi que l’extraction du sel. Les environs ont révélé de nombreux fragments de céramique, des grattoirs et des couteaux en obsidienne de la culture Chanapata. Étendue sur les alentours proches de Cuzco, cette ancienne culture a vécu vers 700 av.J.-C. et témoigne d’une avancée artisanale très développée. Ces salines ont vu défiler différents peuples sur leurs croûtes de sel. Il est difficile de préciser exactement depuis quand ce lieu est exploité, cependant, les chercheurs estiment qu’il le fut il y a environ 1 000 ans, par les indiens vivants dans la vallée de l’Urubamba. Au XVe siècle, l’endroit des salines est appelé Kachi Raqay par les Incas, qui continuèrent l’activité, jusqu’à l’invasion des conquistadors qui eux aussi exploitèrent le lieu, et créèrent Maras. La boucle est bouclée.

La sel ne comporte aucune impureté : ni algues, ni résidus marins.
La sel ne comporte aucune impureté : ni algues, ni résidus marins.

Sel de montagne

En France, où les marais salants tiennent une importance culturelle ancienne, on connaît bien ce principe d’extraction. La différence de taille est qu’ici, nous sommes à plus de 400 km de la mer, à 3 200 m d’altitude ! On ne peut donc pas parler de marais mais de puits de sel. C’est d’ailleurs ce qui rend l’endroit insolite et magnifique, avec au loin des montagnes qui dépassent les 5 000 m d’altitude. Alors, d’où vient ce sel ? La surprenante géologie des Andes a permis à une source saturée en chlorure de sodium de jaillir du sol, dans un encaissement montagneux. Les premiers indiens qui observèrent une légère formation de sel sur les pierres, eurent l’idée de dévier la source par de petites rigoles pour récupérer l’eau dans de petits bassins, exposés en plein soleil. Ainsi, après 4 ou 6 semaines d’évaporation, ils pouvaient ratisser une épaisse couche de sel. Ces puits n’ont jamais cessé d’être exploités et aujourd’hui, ce sont 2 grandes coopératives locales qui se partagent des milliers de puits déclinés en terrasses.

blog-perou-salines-de-maras-5

Se rendre aux salines de Maras

Amigos, voici le mode d’emploi pour rejoindre les salines. À Cuzco, allez dans la rue Pavitos (idéalement vers 7 h du matin, c’est mieux pour profiter de la visite qui vous attend). Dans cette rue partent de nombreux combis pour certains sites de la Vallée Sacrée. La suite est simple. Des Péruviens viendront spontanément vous proposer une destination pour compléter leurs minibus. Il suffit de dire « Salineras de Maras », le « Sésame ouvre-toi » qui vous permettra de monter dans le combi adéquat. Après une heure de trajet, vous descendrez à un carrefour perdu dans la campagne au lieu-dit « Ramal ». Ici, attendent d’autres combis qui vous conduiront aux Salines. Savourez votre indépendance !
Du mois de décembre jusqu’au mois de mars sévit la saison des pluies. N’espérez pas voir les salines durant cette période, sauf si vous aimez les écoulements boueux…

Les hommes doivent porter des sacs de sel de 45 kg jusqu’à des camions situés à plusieurs centaines de mètres.
Les hommes doivent porter des sacs de sel de 45 kg jusqu’à des camions situés à plusieurs centaines de mètres.
La surexposition solaire est un réel défi pour les photographes.
La surexposition solaire est un réel défi pour les photographes.
© Photos: Eric Guimbault
  • Martina

    Merci pour toutes ces explications, c’est super intéressant. D’autant plus que je vais à Cusco l’année prochaine, donc l’occasion d’aller voir les Salines de Maras.

    • Éric

      Le mois de mai est idéal pour visiter Cusco et sa région, les montagnes sont bien vertes et il ne fait pas trop chaud 😉