Lima, cité des Rois

La capitale péruvienne est comme ces gros chiens qui impressionnent, on prend du recul. Trop grande, trop bruyante, Lima est la ville où le voyageur de passage ne fait justement, que passer. Mais non, Lima ne mord pas, Lima n’est pas une énorme ville dangereuse ou l’on ne voit jamais le soleil ! Elle a une population bien plus accueillante que certaines capitales (je ne donnerai pas de noms), elle est moderne, indéniablement la plus cosmopolite du Pérou et possède une gastronomie qui va agréablement vous surprendre !

La bonne blague des Incas

Pourquoi Francisco Pizarro a-t-il décidé de construire « sa » capitale dans un endroit désertique, sismique, où le soleil se cache à peu près la moitié de l’année ? Lima se situe dans une zone subtropicale désertique. En clair, il fait doux toute l’année et il ne pleut pratiquement pas. En revanche, de mai à octobre, un phénomène appelé « inversion thermique » plombe le ciel de nuages bas (la garúa), sorte de brume qui a longtemps contribué à donner l’image d’une ville sinistre.

L’ancien empire Inca étant basé à Cusco, la logique aurait voulu que les Espagnols gardent cet emplacement de rêve ! Mais non, Cusco étant trop loin de la mer, Pizarro décida de conserver un moyen rapide pour sa flotte armée et l’approvisionnement des marchandises, donc la côte. Une légende dit que ce sont les Incas, amèrement vaincus, qui en 1535 indiquèrent à Pizarro cet endroit inadapté pour construire sa capitale. Ça ressemble à une blague de gringos mais on a envie d’y croire…

blog-perou-lima-1

En fondant Lima à cet emplacement, les conquistadores ne se doutaient pas que l’eau deviendrait le problème capital de la capitale ; pourtant chacun sait qu’on ne construit pas dans le désert sans penser à l’avenir ! Les Incas, qui avaient vaincu l’empire Chimú de Chan Chan en coupant les systèmes d’irrigation savaient à quel point le littoral péruvien dépend de l’eau douce. Et ces mêmes Incas, bien que vaincus cette fois, durent bien rire en voyant l’envahisseur s’installer loin des montagnes protectrices. Pizarro sembla satisfait de ce bord de mer où le soleil brille la moitié de l’année. Soyons positifs !

Heur et malheur de la cité des Rois

Souvent est accolé au nom de la capitale péruvienne le terme de « cité des Rois ». La date de la fondation officielle de Lima est le 18 janvier 1535. Mais initialement, elle était prévue le 6 janvier, jour de l’Épiphanie, fête des rois. Malgré ce petit changement de date, le terme de Ciudad de los Reyes fut gardé.

blog-perou-lima-2

Deux siècles après sa fondation, Lima est prestigieuse et elle attire des navires de tous les continents. On y vient bien sûr faire du commerce ou tout simplement pour profiter de la vie culturelle.
Mais Mère Nature est toujours là pour rappeler aux hommes qui commande sur terre… En 1746, un violent tremblement de terre détruit pratiquement toute la ville ! Suivi très vite d’un-raz-de marée qui balaie le port de Callao. Adieu belles églises et riches hôtels particuliers, adieu belles avenues rectilignes offrant des perspectives sur d’autres édifices en pierre finement taillée. De tous les tremblements de terre à Lima, celui-ci est le plus destructeur.

blog-perou-lima-4

Le centre historique de Lima

Le meilleur endroit pour s’imaginer à quoi ressemblait Lima à l’époque coloniale espagnole est le centre historique, planté fièrement sur le même plan en damier qu’à son origine.
Le quartier est resté longtemps le domaine des voleurs à l’affût du touriste, mais le gouvernement a compris que s’il voulait garder ses visiteurs étrangers il fallait les protéger.

blog-perou-lima-6

Aujourd’hui il n’y a aucun risque à flâner autour de la Plaza San Martin ou la Plaza Mayor pour y admirer l'harmonie architecturale. Parmi les rares édifices survivants du séisme de 1746, le couvent San Francisco, proche de la Plaza Mayor.

blog-perou-lima-5

Architecture civile, militaire ou religieuse, Lima offre de belles surprises et il est fréquent de se trouver face à de belles demeures du XIXe siècle ou début XXe, comme par exemple sur la longue Avenida de Arequipa ou dans le quartier de Barranco.

blog-perou-lima (19)

Autre surprise, la Huaca Puccllana, nichée dans un quartier résidentiel de Miraflores. Cette pyramide pré-inca construite en adobe, surgit comme par magie au milieu des immeubles de bureaux et des villas aux allées proprettes. Grâce à ces briques positionnées verticalement, la pyramide a su résister aux nombreux séismes. Certaines parties sont même restées intactes ! Le lieu se visite avec un guide obligatoire, compris dans l’achat du ticket d’entrée. Au début on grogne un peu sur la pratique mais finalement on se voit mal déambuler seul sur cet immense mystérieux plateau désertique… et il s’avère que ces guides en savent bien plus que n’importe quelle page Internet sur le sujet.

blog-perou-lima-10

Securidad

Il est amusant de noter que sur Internet, les sujets qu’abordent le plus les forums de voyageurs sont la météo et la sécurité. Pour ce qui est de la météo à Lima, vous êtes fixé sur la fameuse garúa. Pour ce qui est du « danger » Lima est comme toutes les capitales sud-américaines, avec des quartiers tranquilles et d’autres à éviter. La majorité des touristes qui se font arnaquer, n’ont pas été braqués avec un revolver, mais l’ont été tout simplement par des guides, des réceptionnistes ou des chauffeurs de taxis qui gonflent les prix, ou mentent avec un aplomb redoutable. Oubliez les braquages violents et informez-vous sur les tarifs et les pratiques d’usage avant de faire vos activités et tout se passera bien.

 © photos : Éric Guimbault