Mystères de l’ouest

Presque chaque civilisation précolombienne du Pérou a une part de mystères. Aujourd’hui je vous propose de découvrir Sechín, un lieu si ancien, qu’il a obligé les archéologues à revoir la chronologie des civilisations du pays, et même à reconsidérer la place du Pérou parmi les premières grandes civilisations de l’humanité ! Bienvenue dans la vallée de Casma.

Sechín, première !

C’est Julio C. Tello, qui en 1937 fit dégager de la terre sableuse les premiers vestiges de Sechín. L’archéologue péruvien, d’une curiosité insatiable, avait 18 ans plus tôt, pris connaissance de la présence de nombreux objets précolombiens dans cette zone de la vallée de Casma. Dans cette vallée fertile, très convoitée pour l’agriculture, Julio C. Tello sauva de la destruction deux collines désertiques destinées à être rasées pour gagner de l’espace cultivable. En fait de collines, c’était les vestiges d’anciens temples !

Les premières fouilles révélèrent un temple en pierre composé de plusieurs salles en adobe avec des murs peints de couleurs vives et des représentations de figures mythologiques. L’ensemble de ce temple était ceinturé par un mur de pierres, toutes sculptées de personnages aux sourires étranges, formant une espèce de farandole macabre composée de prêtres/guerriers et de corps démembrés. Bienvenue à Sechín les amis !

Nom d’un lama ! C’est plus ancien que Chavín ! »

Tello nomma ce site Cerro Sechín et en estima l’origine entre 2 000 ans et 1 500 avant J.C, selon le type de constructions. « Nom d’un lama ! C’est plus ancien que Chavín ! », se dit Tello (la citation est apocryphe). Celui qui venait de passer plusieurs années à diriger les fouilles sur le site de Chavín de Huantar, et qui avait conçu toute une théorie selon laquelle cette civilisation avait servi de matrice pour les civilisations des Andes, se trouvait face à une autre, plus ancienne et ne ressemblant à aucune autre ! Et ce n’était que le début…

blog-perou-sechin-fresque
De gauche à droite : des yeux, un chaman et des têtes coupées © Renate Patzschke
blog-perou-sechin-6
Un homme de Sechín avec ses têtes trophées © Blog Turismo Inca

Sechín, trois en un

Au fil des décennies, les chercheurs mirent à jour trois sites, révélant au final un complexe architectural de plus de 300 hectares, réparti ainsi : Cerro Sechín, Sechín Alto et Sechín Bajo. Bien que distantes de deux kilomètres les unes des autres et de différentes époques, ces constructions appartiennent à la même culture et révèlent la chronologie de son développement.

L’énorme tremblement de terre de 1970, paradoxalement, donna une impulsion positive au site de Sechín. Face aux dommages sismiques, l’État péruvien entreprit une vraie politique de sauvegarde, permettant la mise à jour de nouveaux murs. Aux 98 monolithes de granite découverts en 1937, s’ajoutèrent d’autres, pour finalement atteindre le nombre de 400 !

blog-perou-sechin-place-ceremonielle
Place cérémonielle circulaire © RAO

Sechín, plus vieux que son âge

Décidément, le Nouveau Monde porte de moins en moins bien son nom. La datation d’objets sur le site de Caral, avait permis de classer cette cité comme la plus ancienne du Pérou mais aussi du continent américain. 5 000 ans au compteur pour ce foyer de civilisation développée !

Tous les échantillons affichèrent le même résultat :
5500 ans !

En 2008, une équipe péruano-allemande, découvre sur le site de Sechín Bajo une place circulaire de dix mètres de diamètre, des fondations en adobe ainsi que des escaliers et des corridors. Certaines briques comportaient encore la trace des doigts de ceux qui les avaient façonnées ! Les chercheurs récupèrent 25 échantillons de matière organique pour une datation au carbone 14. Tous les échantillons affichèrent le même résultat : 5 500 ans ! À cette période reculée, des hommes ont été capables d’ériger des constructions complexes et solides, positionnant encore une fois le Pérou comme le berceau des premières grandes cités de l’humanité.

Peter Fuchs, qui a co-dirigé les recherches à Sechín, pense que d’autres découvertes plus anciennes sont possibles, notamment sur le site de Caral. L’archéologue péruvien Walter Alva (directeur de recherches du site du Seigneur de Sipán), pense que le passage de l’agriculture de la côte (il y a 8 000 ans) à la construction des premiers sanctuaires, a dû être assez rapide. Sechín, par exemple, a répondu à une agriculture développée puis cédé la place à une architecture de cérémonie. De ce fait, il est fort probable de découvrir des sites développés de plus de 6 000 ans.
De quand datent réellement les premières fondations de Sechín ? Comment vivaient sa population ? Quelle est son origine ? Que signifient leurs étranges gravures ? Sechín n’a pas encore révélé tous ses secrets…

© photo principale : Panoramio © photos articles : Renate Patzschke ; Blog Turismo Inca ; RAO