Qui étaient les Nazcas ?

Aujourd’hui, pour la majorité des visiteurs, Nazca est synonyme de lignes mystérieuses dans le désert ou d’une petite ville perdue dans la pampa… Nazca est avant tout le nom d’une civilisation précolombienne (300 av. J.-C. et 800 après J.-C.) qui laisse derrière elle davantage de questionnements que les lignes elles-mêmes ! Certains motifs présents sur les poteries ou tissus nazca restent énigmatiques, au même titre que leur mode de vie, leurs croyances et la disparition de cette civilisation.

L'héritage des Nazcas

On sait que la civilisation Nazca s’est développée parallèlement à la civilisation Mochica, un peuple au nord du Pérou connu pour l’édification des temples du Soleil et de la Lune, à côté de Trujillo.

 

blog-perou-lignes-nazca (1)

Les fouilles archéologiques autour de Nazca ont livré de nombreux objets témoignant d’une culture très riche. Les poteries et les textiles utilisaient des motifs complexes et la maîtrise des colorants minéraux ou végétaux a permis aux Nazcas d’utiliser jusqu’à 16 couleurs différentes ! Une civilisation de bâtisseurs
Ils créèrent un système d’irrigation ingénieux fait d’aqueducs et de puits profonds en spirales qui sont encore utilisés de nos jours. D’importantes constructions en adobe ont été découvertes, notamment Cahuachi, un centre cérémoniel qui comportait une pyramide de plus de 20 m de haut, composée de 6 terrasses superposées. Cet immense site a été mystérieusement abandonné, mais avant cela, les Nazcas prirent soin d’appliquer une couche d’argile sur l’entrée des bâtiments, comme on le ferait pour fermer une bouteille avec un bouchon de liège. Le tout fut enseveli sous le sable, dissimulant ainsi le passé mystérieux de cette civilisation.

 

blog-perou-lignes-nazca (2)

Les Nascas et l'agroforesterie

Les Nazcas pratiquaient aussi l’agroforesterie, technique astucieuse qui consiste à tout faire au même endroit. Par exemple, dans un pré planté d’arbres fruitiers, on peut produire du fourrage et en même temps faire de l’élevage et récolter les fruits. Le bétail profite de l’ombre et le sol est fertilisé par les excréments des bêtes.
Mais la pratique intensive de l’agroforesterie ou la plantation de certains arbres aux racines destructrices peut produire des dégâts quasi irréversibles pour la terre. Ajoutons les problèmes climatiques, sismiques, et l’ensemble pourrait expliquer d’une part la disparition des Nazcas, et d’autre part la présence de ces lignes, probablement des indicateurs pour des canaux d’irrigation ou la pratique d’un culte.

© Photo principale : Éric Guimbault © Photos articles de haut en bas : Museo Nacional de Arqueologia de Lima ; Éric Guimbault