Randonner sur le Chemin de l’Inca

Depuis notre dernier article, c'est décidé : pendant votre prochain voyage au Pérou, vous randonnerez sur le Chemin de l'Inca. Dans la foulée, pas mal de questions se sont posées. Découvrez les réponses aux questions les plus fréquemment posées et partez l'esprit tranquille.

1
Pourquoi partir sur le Chemin de l'Inca ?

La question est pertinente car les démarches d’inscription sont fastidieuses, le coût de la randonnée est élevé et il existe dans la région bien des randonnées aussi belles.
Le Chemin de l’Inca a l'avantage d'être une randonnée accessible à la majorité des marcheurs, qui permet de découvrir une nature préservée, un mélange surprenant de montagnes aux neiges éternelles, de végétation tropicale et de vallées immenses. Les bords du chemin permettent d’observer une faune et une flore riches : virevoltants colibris, orchidées sauvages… À l’aube, les masses d’air qui circulent créent des atmosphères de brumes tropicales qui laissent contemplatif. Pour peu qu’un ours à lunettes passe, vous voilà amoureux de la nature jusqu’à la fin de votre vie !
Autrefois parcours cérémoniel de l’Inca, la randonnée révèle également de nombreuses ruines, dont certaines, comme Wiñay Wayna ou Phuyupatamarca, sont aussi impressionnantes que celles de Machu Picchu ! Il s'y développe d'ailleurs un tourisme « spirituel », où des guides expérimentés vous proposent de marcher sur ce chemin sacré en abordant le sens historique et philosophique des lieux, le tout ponctué de séances de méditation. Un contraste avec la selfiemania…

 

Blog-perou-camino-inca-7
Pont dit « de l’Inca », sur le site du Machu Picchu, autrefois accessible par un autre chemin.

2
Puis-je faire le Chemin comme je veux ?

Avant 2002, n’importe qui pouvait s’aventurer sur le Camino Inca, vous pouviez camper et vadrouiller à votre guise. Mais cette liberté conduisit aux pires dérives : dégradations de la flore, randonneurs perdus, rave parties improvisées et poubelles abandonnées. Tout ça est ter-mi-né !
Aujourd’hui, impossible d’emprunter ce chemin sans passer par une agence agréée par le ministère de la Culture. La limite de visiteurs est fixée à 500 par jour (guides et porteurs compris). Les guides sont obligatoires et lors de la randonnée, vous serez amenés à présenter vos papiers d’identité pour vérifier que vous êtes bien inscrits. Impossible de faire des changements de noms improvisés. Si tati Françoise se désiste et cède sa place au dernier moment ça ne marchera pas (sans jeu de mot).
Dans la série des interdits saugrenus, sachez que le Chemin de l’Inca ne s’emprunte que dans un sens ! Oui, ici on ne se croise pas. Arrivé au Machu Picchu, vous rentrerez à Cuzco en train ou en bus. De plus, ce qui peut se comprendre, les vélos sont interdits.
Niveau hygiène il va falloir faire preuve d’adaptation. Le parcours est sauvage et si vous pensez aller librement derrière un arbre, n’oubliez pas que vous dépendez d’un groupe, et que chaque jour 500 personnes passent le long du chemin… Les toilettes des campements manquent d’entretien et attirent davantage les mouches que les humains.
On peut regretter la belle époque où l’on empruntait ce chemin à sa guise, mais que ce serait-il passé si le chemin était resté à la merci de milliers d'irresponsables ? Sans aucun doute, on a évité le pire.

 

Blog-perou-camino-inca-2

3
Comment réserver un trek sur le Chemin de l'Inca ?

Prendre la première agence venue serait de la folie ! Les écarts de prix varient énormément et les options ressemblent à un contrat d’assurance-vie. Il faut se renseigner au préalable sur ce qui est inclus ou non dans le prix du trek (accès aux ruines, trajet retour en train), s'enquérir de l’équipement prévu (capacité des tentes, tente-toilette, tente mess…), du nombre de porteurs et de participants, etc.
Le ministère péruvien de la Culture du Pérou a conçu le site Chemin Inca : une mine d'informations sur le Chemin qui vous permet surtout de voir les disponibilités. C’est de loin le site le plus fiable pour préparer la rando.

4
Quand réserver un trek sur le Chemin de l'Inca ?

Le trek de quatre jours est le plus demandé. Pour preuve, les mois de juin, juillet, août 2016 sont déjà complets ! Les prix oscillent entre 400 et 500 euros par personne. Mais ce prix peut exploser selon votre agence, vos options ou tout simplement vos dates ! Si vous partez pendant la saison haute, réservez un an à l’avance. Même en saison basse il faudra réserver facilement cinq mois à l’avance. Le Chemin de l’Inca n’est pas accessible en février à cause de la saison des pluies, qui de ce fait constitue le moment idéal pour faire de l’entretien. La période la plus demandée se situe entre juin et septembre. Le meilleur moment est le mois de mai car il n’y a pas encore le pic de fréquentation, le climat est meilleur et les montagnes sont bien vertes.

 

Blog-perou-camino-inca-10
Le site de Wiñay Wayna, une des étapes sacrées du Chemin de l’Inca

5
Quel équipement prévoir ?

Le long du Camino Real, l’altitude varie énormément et la météo aussi. Nombreux sont les marcheurs qui sont surpris d’être littéralement dévorés par les moustiques ! Et d’autres, (souvent les mêmes), surpris d’avoir pris un coup de soleil… et de grelotter la nuit. Il y a des moments où il faut oublier le short et les manches courtes. Pour lutter contre ces trois fléaux (soleil, moustiques et froid), la tenue idéale est le pantalon large, la chemise à manches longues, un chapeau, un bonnet, une polaire et un vêtement de pluie. Ne mettez pas tout sur vous en même temps quand même…

En savoir plus sur le Chemin de l'Inca
À la recherche de la grande route Inca de  Laurent Granier et Megan Son, Editions GEO.
Beau récit et belles photos de ce couple franco-américain qui a marché le long du Qhapaq Ñan sur 6000 km.


© photo principale : Alejandro Balaguer © photo n°1 : Éric Guimbault © photo n°2 : Chemin de l'Inca © photo n°3 : Éric Guimbault
Source : Le Cuzco dans sa région de Jeannine Brisseau-Loaiza et le Ministère de la Culture